Crise Climatique: Inondations dans le pays Ouest Africain du Niger (Septembre 2020)

Vidéo et discours à l'occasion de la Journée d'Action Mondiale sur le Changement Climatique - par Moctar Dan Yaye, Alarme Phone Sahara

Dans le débat public, les pays du Sahel sont cités avant tout comme des exemples de sécheresses causées par le changement climatique. Mais la réalité est plus complexe. Le changement climatique signifie également que les fortes pluies causées par le changement climatique sont de plus en plus fréquentes - et donc les inondations massives. Dans ce contexte, Moctar Dan Yaye d'Alarme Phone Sahara a produit un vidéo sur les inondations actuelles à Niamey, capitale du Niger - et a combiné cela avec un appel aux jeunes des pays riches industrialisés à l'occasion de la Journée d'Action Mondiale de Fridays For Future :

 

"Regardez tous ces gens - ces femmes, ces enfants, ces personnes âgées et ces hommes - ils subissent chaque jour les conséquences destructrices de certaines conditions - et personne ne semble s'en indigner. Selon la Banque Mondiale, les pays industrialisés riches sont responsables de plus de 60 % du changement climatique et n'ont même pas été touchés par 20 % des conséquences depuis 1950. Les (...) pays économiquement pauvres comme le nôtre supportent plus de 80 % des coûts. Peut-être qu'une personne sur cent possède une voiture. Et peut-être que moins d'une personne sur mille prend l'avion, et ce n'est qu'une fois dans sa vie. Et pourtant, ce sont eux qui supportent les coûts du changement climatique année après année. Ils vivent des inondations, des sécheresses, des tempêtes et toute la destruction qui les accompagne. Au Niger, on parle aujourd'hui de plus de 65 morts, de centaines de milliers de personnes déplacées, de milliers d'hectares de cultures dévastées. (...)"

 

 

 

Images d'Agadez, Nord du Niger, 31 Août 2020 © Moctar Nalosso, bureau d'Alarme Phone Sahara à Agadez

 

"Je sais que beaucoup de gens en Occident ne savent pas ce qui se passe dans le Sud Global. Le système hyper-capitaliste ne nous laisse pas le temps de comprendre exactement ce qui se passe. Mais quand même, le sang humain qui coule dans mes veines devrait témoigner que nous avons besoin d'une justice mondiale. Nous devrions arrêter de nous reposer sur les politiciens. Ceux qui exploitent le Sud global sont les mêmes qui exploitent le Nord Global. (...)"

 

 

 

Images de Niamey, capitale du Niger, 31 Août 2020 © Moctar Dan Yaye, Alarme Phone Sahara

 

"Je suis heureux de la force de certains de mes camarades militant-e-s en Europe. Et les mouvements sont nombreux. Ils font tous de leur mieux pour parvenir à cette justice mondiale. Mais tant que tous les gens ne se sentent pas concernés, je ne pense pas que cela suffise.

Il y a aussi mes jeunes frères et sœurs de Fridays for Future, que je salue de tout mon cœur. Je crois qu'ils ont une grande vision. Mais les jeunes frères et sœurs du Sud, en particulier de ma région et de mon pays, ne regardent pas vers l'avenir. Car c'est maintenant qu'ils se battent pour leur survie quotidienne. Au moment où je vous parle, des millions de personnes ont perdu leur maison, des millions de personnes sont impuissantes et ne savent pas où dormir. Des milliers de femmes sont à la recherche d'eau pour leur famille. Des milliers de personnes souffrent de maladies dévastatrices comme le paludisme, qui, comme la crise climatique, n'est pas encore présent dans le Nord. L'avenir de ces personnes est donc aujourd'hui, et donc maintenant. (...)"

 

Moctar Dan Yaye (24 Septembre.2020)